React JS France #1

Premier meetup React, organisé par Deezer et Altima, chez Deezer. Bon panel de speakers pour une première, avec Matthias Lebrun d'Altima, Yannick Croissant de Deezer et Christopher Chedeau de React (Facebook).

React, où comment simplifier la conception d'UI

On commence par Matthias qui nous fait une intro à React pour ceux qui ne connaissent pas. Ça tombait bien, je ne connaissais pas et ça m'a bien donné envie d'essayer.

Le principe de React est de simplifier la conception des UI, où tout est devenu trop compliqué au fil des années. On avait un simple serveur qui nous renvoyait du HTML au début, maintenant on a des SPA qui vont chercher seulement leurs données depuis le serveur et doivent mettre à jour leur markup en fonction.

Avec React, tout est un composant. Chaque composant possède sa propre méthode render qui doit retourner un markup HTML qui sera inséré dans le DOM. L'avantage d'avoir une simple méthode comme ça pour chaque composant c'est que c'est facile à tester unitairement. Les composants sont simples, petits, isolés, et les méthodes sont donc faciles à tester.

Le composant possède aussi un état, une liste de variables internes qu'il peut modifier en réponse à certaines actions de l'utilisateur ou recevoir depuis un parent. Ces variables sont privées, et lui permettent de choisir les modifications à appliquer au markup.

Le moteur de template de React utilise une syntaxe jsx, qui est croisement entre du XML et du Javascript, ce qui fait un peu peur au premier abord. Mais c'est juste du sucre syntaxique, React arrive avec son pre-processeur qui transforme ce jsx dans nos fichiers js en du vrai js. Le pre-processeur arrive avec quelques autres goodies d'ES6, et sans doute aussi dans le futur avec des annotations, du type checking, etc.

Du coup, on a un vrai moteur de template, qui est tout simplement du js. On peut y faire des conditions, des boucles, du map, reduce, bref tout ce qu'on veut faire en js sans devoir passer par une complexe syntaxe de template. Il est donc là inutile de réinventer de la logique dans un autre langage.

React continue sur sa lancée de simplification en faisant en sorte que tout soit explicite. Ici, pas d'API polymorphe à la jQuery où les getters et les setters se mélangent. On a même certaines fonctions qui sont déconseillées (comme ajouter directement un innerHTML), et qui possèdent donc des noms bien flagrants pour montrer qu'on fait quelque chose de mal quand on les utilise (dangerouslySetInnerHTML).

Pour revenir rapidement sur la méthode render, qui est le cœur de React, on a aussi autour la méthode shouldComponentUpdate, qu'on peut overrider pour indiquer au moteur que non, là, vraiment, c'est pas la peine de faire un nouveau rendering du component, je sais qu'il n'a pas bougé. Dans le même ordre d'idée, on a accès aux events willMount, didMount et willUnmount pour lancer du code custom à différents moment de la vie d'un composant.

React possède un très puissant algo de rendering, qui va checker le retour du render d'un composant et de tout ses sous-composants pour savoir s'il doit mettre à jour ou non son rendu. Il batche toutes les modifications ensemble jusqu'au prochain rendering du browser, et rajoute un petit algo de diff pour la route.

Autre parti-pris, qui va dans le sens de la simplification, il n'y a pas d'héritage dans React, il n'y a que de la composition à base de mixins. On défini des méthodes qu'on pourra implanter dans différents composants, quels qu'ils soient (comme réagir à un event de scroll ou de resize par exemple).

React s'abstrait du DOM officiel aussi en réimplementant pas mal de choses, mais en le faisant ainsi de manière cross-browser. Il réimplémente par exemple le principe d'event capture et event bubbling, tout seul. Il en profite pour rajouter une petit optim de perf dans l'histoire; plutot que de repasser une nouvelle instance de l'objet event à chaque intermédiaire, il recycle toujours la même liste de x objets qu'il passe à chacun des handlers.

Idem, il possède sa propre représentation du DOM pour savoir quand faire des updates, qu'il appelle le virtual DOM (et je crois qu'ils utilisent JSDOM, mais pas sur).

Globalement, j'ai été convaincu par React et j'ai bien envie d'essayer sur un prochain projet ou side-project. La simplicité avec laquelle on peut gérer notre affichage simplifie pas mal de chose. Le markup n'est plus du tout source de la donnée, il se concentre juste sur afficher les choses d'une manière ou d'un autre quand elles changent. Les algos de diff, super simples à coomprendre, permettent de s'assurer qu'on ne render par les choses pour rien, et les exposer sous forme de méthodes testables rends le truc encore plus attractif.

Je pense que ça s'incruste facilement dans un projet Backbone, mais que ça doit être la bonne galère de le passer dans de l'Angular.

Isomorphic JS

La seconde présentation, de Yannick Croissant, nous parlait de Javascript isomorphique, ou de comment générer la même application en front comme en back. Bon, j'avais déjà assisté à son atelier à ParisWeb sur le même sujet, du coup j'ai surtout écouté d'une oreille distraite et n'ai pas pris de notes.

Néanmoins, de mémoire il était question des problèmes que cause le fait de partir en mode SPA.

Déjà on duplique de la logique de code entre le back et le front, ce qui est particulièrement flagrant au niveau des validations de formulaires. On veut fournir une expérience riche, du coup on ne veut pas perdre du temps avec des appels serveurs pour vérifier la validité d'un champ de formulaire, et on veut les tester rapidement en local, en y déportant des règles métiers. Mais on ne peut pas non plus l'enlever du backend pour des raisons de sécurité. On se retrouve donc souvent à coder deux fois la même chose, des deux cotés. Au début de NodeJS on pensait que le fait d'avoir le même langage des deux cotés allait permettre d'éviter de coder deux fois les choses, mais le langage n'a pas grand chose à voir là dedans, la question est plus générique au niveau de l'archi.

Avoir une appli SPA pose aussi de gros problèmes en terme de référencement. Même si Google comprends le JS, ou même si on peut faire des hacks à base de phantomJS pour générer des pages statiques à servir aux robots crawleurs, ça reste des pansements sur des jambes de bois. Le modèle n'est pas adapté.

React permet de solutionner ce problème de manière assez élégante. Le serveur génère un HTML à servir au client, incluant du React, qu'il peut lui même instancier et modifier, comme s'il tournait dans un browser. C'est un état initial qui est servi au client. Puis toutes les mises à jours suivantes sont simplement de nouveaux retours de l'API qui vont déclencher des mises à jour de la vue dans le client. Si on reload complétement la page, la nouvelle page rendue par le serveur retournera un nouvel état de départ, mais encore une fois les nouvelles modifs se feront sous forme de diff. On a là une approche incrémentale, qui permet des affichage de page plus rapides.

On touche là au meilleur des deux mondes. Sur une url données, dans un contexte donné, notre serveur nous donnera un HTML parfaitement formé, parfaitement adapté pour le crawling, le SEO, l'accessibilité, etc. Si le navigateur est en mesure d'executer React, il peut mettre à jour la vue de manière incrémentale en redemandant les nouvelles infos au backend, qui peut se permettre de la lui retourner de manière simple sous forme de data.

React, CSS in JS

Le dernier talk était de Chistophe Chedeau, de chez Facebook (et sans doute connu de certains d'entre vous pour son boulot sur Curse Gaming). Il nous a présenté React depuis sa création jusqu'à ce qu'il est aujourd'hui.

L'idée principale derrière Reacte était de simplifier la codebase de Facebook. Des milliers d'ingénieurs qui bossent sur du front-end en même temps, avec des compétences en HTML/CSS très variées. Il n'y a pas vraiment de dev front chez Facebook, tous les devs travaillent sur toutes les parties, qu'elles soient back ou front. Du coup, ils ont souhaité abstraire au maximum certaines parties du markup pour limiter les erreurs, et simplifier le développement.

Un des problèmes majeur de CSS qui se fait ressentir sur une codebase comme celle-là, c'est que tout dans CSS est globales. On definit une classe, elle va s'appliquer partout dans le markup. Certes on peut préfixer un selecteur pour le rendre plus precis, mais on n'est jamais sur à 100% d'avoir une isolation parfaite. Un autre dev peux, consciemment ou non, overrider nos styles. En utilisant une méthode comme BEM, on peut limiter ce problème mais alors on rends le code extremement difficile à minifier, avec des classes à rallonge sur presque tous les éléments.

Le second problème majeur est qu'il est très difficile de supprimer du code. Il n'y a pas de couverture de code comme dans d'autres langages qui pourrait être déduite par des tests unitaires. Quand on supprime du CSS, on ne sait jamais réellement ce qu'on va casser.

Et pour finir, ils souhaitaient un moyen simple de pouvoir partager des constantes entre PHP, Javascript et CSS (un code couleur, un nombre d'éléments à afficher, un flag de feature flipping, etc).

Ils ont donc planché sur un moyen de créer des composants isolés, qui chargent leurs propres dépendances, qui ne se fassent pas overrider par l'extérieur et qui ne puissent pas non plus le faire.

Leur action principale, pour obtenir ce pouvoir, a été de convertir le CSS en Javascript. Tout simplement en React, ils n'écrivent pas leurs propriétés de style dans du CSS mais dans des objets JSON (légérement améliorés avec quelques helpers). Cette partie m'a un peu fait peur, et a continué à me suprendre dans le reste de la présentation. Finalement, après en avoir discuté avec d'autres devs qui font déjà du React régulièrement, cette approche n'est pas obligatoire et est même rarement employée : on continue d'utiliser des classes pour le style.

Bref, ces propriétés JSON/CSS sont ensuite appliquées directement en style= sur les éléments du markup. L'avantage de cette méthode barbare est qu'on est certain qu'on ne pourra pas se faire overrider par d'autres classes (style a la prio la plus forte), et comme on ne déclare pas de classe, on ne va rien overrider à l'extérieur non plus. C'est assez malin.

De plus, ils en profitent pour "optimiser" certaines règles au passage (si on ne mets pas d'unité, c'est des px par défaut par exemple) ou comportement (un display:none en React va carrément supprimer le nœud du DOM).

En fait, pas mal de comportements du DOM classique sont recodés en Javascript en React. Quand j'ai vu les onMouseEnter / onMouseLeave pour recréer le :hover j'étais assez dubitatif quand même. Le speaker annoncait que le fait d'être particulièrement explicite de cette manière rendait le code plus simple à comprendre. Je suis pas vraiment convaincu à premier abord, mais pourquoi pas. Par contre, là où je le rejoins c'est que ça rends le code de rendu vraiment plus facile à style. On peut écrire des tests unitaires qui vont pouvoir manuellement passer un élément en :hover et tester un comportement en allant regarder le contenu de l'objet de style.

Il a fini par nous expliquer deux-trois autres optimisation que le moteur de React opère. Pour moi, ce n'est rien de plus que ce que le moteur natif du browser execute, mais qu'ils ont recodé à la main, et ce qui leur permet de s'affranchir des différences d'implémentations entre navigateurs. Je ne sais pas trop quoi penser à ce sujet. Certes ça permet de simplifier le dev et d'offrir la même expérience à tout le monde, mais ça fait réinventer la roue.

Plus le talk avancait et plus les démonstrations allaient dans ce sens et j'en suis sorti en me demandant où ça allait exactement. Vjeux lui même annonçait que React était jeune, qu'ils ne s'attendaient pas à ce qu'il prenne autant d'ampleur en dehors de Facebook et qu'ils expérimentent des choses, mais que tout ne sera peut-être pas bon à garder.

Conclusion

Premier avant-gout de React, j'ai été assez séduit par la simplicité qui s'en dégage. La dernière conférence m'a laissé plutot dubitatif (comme à chaque fois qu'on essaie de remplacer CSS par JS parce que "CSS c'est trop compliqué").


Tags : #react

Want to add something ? Feel free to get in touch on Twitter : @pixelastic

Search