HumanTalks Mai 2015

Ce mois-ci, les HumanTalks étaient chez Deezer, dans leur belle grande salle du rez-de-chaussée. Un beau frigo rempli nous fait de l'œil, le buffet va être bien, Deezer a tout prévu.

La soirée s'est plutôt bien passée, malgré les quelques fails. Déjà, un des speakers n'est pas venu, alors qu'il avait confirmé encore la veille et n'a pas jugé utile de prévenir. L'un des trois autres speakers l'a alors remplacé au pied levé, mais sa présentation, trop commerciale, n'était pas très convaincante.

Du coup, toutes nos pizzas sont aussi arrivées avec un peu de retard et il a fallu attendre un peu avant de pouvoir manger. Le tout dans une salle bas de plafond, avec une clim qui marche mal. Oh, et on a eu le rétroprojecteur qui s'est mis à faire grève durant l'introduction aussi. Mais sisi, je vous assure, c'était bien.

Github Awards, découvrez votre ranking

Vincent Daubry, co-fondateur de Yooboox et développer Ruby/iOS nous parle d'un petit side project qu'il a récemment mis au point et qui a assez fait parler de lui.

Il avait vu il y a quelques temps une présentation de Sacha, qui parlait des side-projects, et que ceux-ci devaient rester simples, prendre peu de temps et surtout être fun.

Du coup, de son coté il s'est donné 2 semaines, en bossant le soir et le week-end pour terminer son projet. 2 semaines c'est assez long pour pouvoir construire quelque chose, et assez court pour ne pas se lasser.

Son projet, nommé GitHub Awards permet de "noter" les différentes personnes inscrites sur GitHub pour voir qui est le plus gros commiteur sur telle ou telle techno selon différentes zones géographiques. C'est tout con, et ça le faisait marrer, ce qui est largement suffisant pour un side-project.

Pour faire ça il a commencé à récupérer la liste de tous les users de GitHub et leur localisation. Puis, il a récupéré l'ensemble des repos, leur nombre de stars et les langages associés. Il y a ensuite un petit travail pour recoder les coordonnées de location en quelque chose de plus exploitable par son système et ensuite il faut mettre au point une petit formule de ranking de tout ce beau monde.

Bon, l'avantage c'est que GitHub ouvre une API qui permet de récupérer toute ces infos sans avoir besoin de crawler les pages manuellement. Le problème c'est que la masse de données est énorme et GitHub ne permet que 5000 appels par heure par clé d'API. Néanmoins, GitHub propose une version "bulk" de son API qui expose moins d'informations mais permets d'en récupérer plus d'un coup.

Heureusement, il existe à coté le projet GitHub Archive qui indexe depuis 2011 l'ensemble des activités sur tous les repos de GitHub. C'est à dire les commentaires, les PR, les clones, etc. Tout ceci représente beaucoup de données mais est requêtable avec Google Big Query et l'ensemble du dataset, bien que conséquent, peut être monté en mémoire avec Redis.

Du coup, après le coté technique, Vincent à souhaité tester le coté commercial. Il a posté sur HackerNews, a été featuré sur ProductHunt et a ainsi réussi à atteindre les 200 millions de visiteurs (ce qui représente quand même 15% des utilisateurs de GitHub). Ce qui est impressionnant c'est que son site web est un simple Rails (protégé par un bon système de cache) et qu'il a bien tenu la charge.

Sa conclusion, que je partage, c'est qu'il ne faut pas laisser trainer ses side-projects. Il faut les sortir du placard rapidement, pour qu'ils ne prennent pas la poussière, et se donner un temps limité pour éviter cet effet d'abandon.

Licences open-sources

Le second talk, je l'attendais avec impatience. Mickael Andrieu souhaitais nous parler de licences Open-Source et des différences entres elles, ce qui est un sujet bien obscur pour moi.

Malheureusement, je n'en sors pas avec beaucoup plus d'informations qu'avant. Je ne me risquerai pas à faire un résumé du talk car je dois bien avouer que je n'ai rien compris aux explications.

J'ai bien compris qu'il y avait une forte différence entre Libre et Open-Source, mais je suis toujours aussi incapable de l'expliquer précisément, et je ne sais toujours pas expliquer la différence une MIT, GPL et Creative Commons.

Ah si, j'ai noté qu'il avait créé un site, www.choisirunelicence.com qui doit expliquer tout ça en détail.

B.A.-BA du scraping

Alexandre Gindre, ex collègue d'Octo nous a ensuite parlé de web scraping. Il a tout présenté dans des beaux slides brandés Octo mais il a bien précisé que ce dont il allait nous parlait n'était pas fait dans le cadre d'Octo. En effet, certaines parties du scraping sont assez floues vis-à-vis de la légalité.

Déjà, il faut bien faire la différence entre le scraping et le crawling. Le crawling va récupérer la totalité d'un site externe pour l'indexer tel quel de son coté (ce que fait Google typiquement). Le scraping de son coté va "uniquement" extraire certaines infos du site.

L'archi nécessaire pour faire du scraping est assez simple mais est à peu de choses près toujours la même. Dans un premier temps on va requêter le site cible, si possible caché derrière un proxy, et on va en extraire les données intéressantes. On va ensuite stocker ces données chez nous et les présenter dans une nouvelle UI, avec de nouvelles features.

Alors, est-ce que c'est bien légal ? C'est là que c'est flou. Normalement, d'après la loi du droit d'auteur sur les bases de données, ce qui est sur un site appartient à son auteur. Mais en même temps, si ces données sont accessibles publiquement, il peut être admis qu'on puisse les utiliser. La jurisprudence vient rajouter un part de complexité dans l'équation aussi. Opodo avait scrapé les pages de Ryanair, et Ryanair avait alors porté plainte, mais Opodo a fini par gagner le procès car Ryanair n'a pas pu prouver que le scraping leur avait porté préjudice, bien au contraire.

Par contre, si jamais le site cible indique clairement qu'il ne faut pas le scraper, alors il ne vaut mieux pas s'y frotter. C'est par exemple le cas de societe.com. Quand à savoir si une telle indication a réellement une force légale, c'est moins sur.

Ce qui est sur par contre c'est que même si le scraping en lui-même n'est pas interdit, il faut faire attention aux méthodes utilisées. Si on tape dessus comme un bourrin et qu'on mets en péril la stabilité de la plateforme, on risque d'être apparenté à un DDoS, ce qui est cette fois tout à fait répréhensible et relève du pénal.

On connait Opodo comme site de scraping qui agrège les données de plusieurs sources, mais il en existe plein d'autres. Il y a PriceWiki qui scrape le prix d'objets de la vie courante de différents pays afin de comparer le prix de la vie. Rapportive qui mets en commun les informations de LinkedIn, les photos et les adresses mails d'une personne. GetHuman qui scrape les sites webs pour en extraire les adresses mails des gens à contacter.

Si vous voulez le faire vous-même, il existe quelques outils en SaaS qui peuvent vous mâcher une grosse partie du boulot. Kimonolabs qui en quelques clics vous transforme n'importe quelle page en une API. Import.io qui vous propose un GUI pour vous permettre de scraper n'importe quoi, s'occupe de vous masquer derrière un proxy et vous prévient en cas de mise à jour.

En un peu plus manuel, il y a Scrapy et ScrapingHub pour la version SaaS qui vous permet d'héberger vous même le scraper, de gérer la fréquence de mise à jour et le pool d'ip à utiliser.

Si vous voulez le faire à la main, la combo Tor, Squid et Polipo permet de facilement anonymiser ses connections. Après pour parser le HTML et en extraire les infos intéressantes il y a Nokogiri en lib Ruby, mais celle-ci ne gère pas toute la logique de connexion, gestion des erreurs HTTP, etc. C'est juste une lib de parsing HTML, donc il vous faut obtenir le fichier initial.

Il a fini par quelques conseils de sioux pour éviter de trop se faire remarquer. Hidemyass pour changer son ip facilement. Envoyer de simples requêtes curl en HEAD pour checker si la page a été mise à jour ou non. Regarder les flux RSS qui sont une source énorme d'infos sur les pages du site. Regarder les robots.txt et les sitemaps, et envoyer un faux header pour se faire passer pour Google Bots ouvre aussi pas mal de portes.

Un talk super intéressant, pour une discipline que nous avons tous déjà du pratiquer au moins une fois, mais qui est toujours aussi casse-gueule et manuelle.

BackBee

Et donc, le dernier talk, au pied levé par Mickael (qui nous avait déjà présenté les licences libres un peu avant). Il nous a parlé de BackBee, le CMS "orienté gestion de contenu" (?) qu'il développe, fondé sur Symfony et Doctrine.

Encore une fois, j'ai pas réussi à vraiment comprendre ce qu'il faisait. Je me souviens qu'il y a de la config en yaml, un client js en front distinct du back, un système de templating, une API Rest, la possibilité de faire de l'edit in place mais très honnêtement je serai bien incapable de dire ce que ça fait réellement.

Conclusion

Au final, une soirée sympa mais malgré tout placée sous le signe du fail.


Tags : #humantalks

Want to add something ? Feel free to get in touch on Twitter : @pixelastic

Search